On sale

LEPORELLO // L'AIR DE PARIS (I)

40.00
  • LEPORELLO // L'AIR DE PARIS (I)
  • LEPORELLO // L'AIR DE PARIS (I)

Dessins de la série des PANORAMAS DES PETITS BOUTS DU MONDE,

L’ AIR DE PARIS (I). 3. I. 2016. 15H30- 14. I. 2016. 12H -15. I. 2015. 14H20- 7. III. 2016. 13H40 / 48° 52’ 26’’N 2° 19’ 40’’E

A la fois livre d’artiste et papier-peint, on le collectionne dans sa bibliothèque ou on l’expose au mur en le collant d’un simple coup d’éponge.
Impression sur les presses de Cutpix en novembre 2016
Encre végétale sur Organic Paper pré-encollé (180 grammes) .
Tirage en 200 exemplaires dont 30 numérotés et signés par l’artiste

Format : 20 cm X 13 cm livre fermé / 20 cm X 132,7 cm en Leporello déplié
Numéro d’ISBN : 978-2-9542690-2-3 9782954269023
Dépôt légal : octobre 2016
Impression sur les presses de Cutpix : Novembre 2016
Encre végétale sur Organic Paper pré-encollé (180 grammes)
Tirage en 200 exemplaires dont 30 numérotés et signés par l’artiste.

Texte de Jorge Luis Borges en deuxième page de couverture

« Un homme fait le projet de dessiner le Monde. Les années passent : il peuple une surface d’images de provinces, de royaumes, de montagnes, de golfes, de navires, d’îles, de poissons, de maisons, d’instruments, d’astres, de chevaux, de gens.
Peu avant sa mort, il s’aperçoit que ce patient labyrinthe n’est rien d’autre que son portrait. » Jorge Luis Borges

"J’ai croqué ces panoramas sur le vif, en me rendant à plusieurs reprises – de janvier à avril 2016 – à Paris... sur la terrasse des Galeries Lafayette .
A l’origine, ce sont des dessins à l’encre de chine pigmentée sépia, rehaussés de cire aquarellée sur papier crème.
Les deux vues se complètent et on peut même les assembler en diptyque pour reconstituer l’ensemble panoramique initial à 180° .
Pour ces nouvelles éditions de l’automne 2016, j’ai imaginé un livre d’artiste qui puisse aussi bien se collectionner dans une bibliothèque que d’en sortir pour l’exposer au mur comme une affiche, un poster ou du papier-peint que l’on colle d’un simple coup d’éponge.
Du livre d’artiste au mur, le Leporello déplie ses volets, se déploie et dévoile un des points de vue privilégiés que j’aime choisir parce qu’ils nous procurent le sentiment de dominer le monde, de l’embrasser du regard, de le posséder, voire de s’y perdre et s’y dissoudre".
Bénédicte Klène